Réduire la taille du texteAgrandir la taille du texte

Cendrillon

Opéra
Date: dimanche 31 décembre 2017 20:00

Lieu:

PROKOFIEV

Décembre 2017
DIMANCHE 31, 20H
JANVIER 2018
LUNDI 1er, 16H - Mercredi 3, 20H - JEUDI 4 , 20H - VENDREDI 5 , 20H

Cendrillon

PROKOFIEV
BALLET
Éditions Boosey & Hawkes
1945

 

DéCEMBRE 2017                              SPECTACLE COMPLET
DIMANCHE 31, 20h

JANVIER 2018
LUNDI 1er,
16h - MERCREDI 3, 20h - JEUDI 4, 20h - VENDREDI 5, 20h
Spect. n° 3

Ouverture de la location : Samedi 18 Novembre - Tarif lyique

 

 

Malandain Ballet Biarritz

Chorégraphie Thierry Malandain
Décors et costumes Jorge Gallardo
Direction de la production conception lumières Jean-Claude Asquié
Réalisation costumes Véronique Murat
Réalisation décors et accessoires Chloé Bréneur, Alain Cazaux, Annie Onchalo
Perruquiers François Dussourd, Georges Dejardin

Production Malandain Ballet Biarritz - Centre Chorégraphique
National de Nouvelle-Aquitaine en Pyrénées Atlantiques

Coproduction Opéra Royal de Versailles / Château de Versailles,
Orquesta Sinfónica de Euskadi,
Chaillot - Théâtre National de la Danse, Opéra de Reims,
Teatro Victoria Eugenia de San Sebastián,
Estate Teatrale Veronese, Lugano in Scena,
Teatro Mayor de Bogotá, Arteven – Regione de Veneto,
Teatros del Canal de Madrid, Théâtre Olympia d’Arcachon,
Espace Jéliote – Scène Conventionnée CCPO d’Oloron Sainte-Marie,
Malandain Ballet Biarritz

Ballet créé le 3 juin 2013 au Kursaal de San Sebastián (Espagne)

C’est un retour en force et en gloire de la danse à l’Opéra de Rennes.

Car le Malandain Ballet Biarritz a inventé pour le chef-d’oeuvre de Prokofiev un dispositif ingénieux qui trouve tout naturellement sa place sur le plateau carré de notre maison.
La création de Cendrillon au Bolchoï en 1945, immédiatement suivie d’une première à Leningrad, participait à la liesse d’une URSS sortie victorieuse de la guerre. Prokofiev avait dédié sa partition à la mémoire de Tchaïkovsky, celui qui avait fait entrer la danse dans la culture musicale russe.
Pourtant, c’est la plus occidentale des partitions du compositeur, sans doute parce que le conte des frères Grimm lui rappelait ses années heureuses d’exilé fêté dans toute l’Europe comme dans le Nouveau Monde.
Le lyrisme qui traverse l’oeuvre est celle d’un grand romantique, d’un artiste partagé entre espoir et nostalgie. C’est bien ainsi que l’entend Thierry Malandain. Certes, il ne gomme rien de la truculence nécessaire aux scènes pittoresques, et ce d’autant que, dans sa conception, non seulement la marâtre est dansée par un homme, mais les deux méchantes demi-soeurs aussi, ce qui nous vaut de merveilleux trios. Son attention reste néanmoins concentrée sur l’héroïne, dont il fait une jeune danseuse : le parcours de Cendrillon vers la liberté et l’amour est donc celui d’une future étoile, qui passe par le doute, le rejet, la souffrance, avant de voir ses espoirs se
concrétiser. Et cet accomplissement confère aux grands pas de deux qui vont l’unir au prince une dimension symbolique et merveilleuse au sens propre du mot. Une riche et belle chorégraphie pour un ballet mythique.

 

 

Powered by iCagenda