Réduire la taille du texteAgrandir la taille du texte

Maddalena ai piedi di Cristo

Maddalena ai piedi di Cristo

Concert / Récitals
Date: mardi 3 octobre 2017 20:00

Lieu:

CALDARA

OCTOBRE 2017
MARDI 3, 20H

Maddalena ai piedi di Cristo

CALDARA
ORATORIO EN CONCERT
Marie-Madeleine aux pieds du Christ
Oratorio en deux parties sur un livret de Lodovico Forni,
édité par Brian W. Pritchard
1698

 

OCTOBRE 2017
MARDI 3, 20h
Spect. n° 1

Ouverture de la location : Samedi 9 Septembre - Tarif concert

 

 

Le Banquet Céleste

Direction musicale Damien Guillon
Marie-Madeleine Emmanuelle de Negri
Marthe Maylis de Villoutrey
L’Amour Céleste Damien Guillon
L’Amour Terrestre Benedetta Mazzucato
Le Christ Reinoud van Mechelen
Un Pharisien Riccardo Novaro

Le Banquet Céleste bénéficie du mécénat de la Fondation Orange et de l’Adami 365 ainsi que du soutien du Ministère de la Culture et de la Communication DRAC Bretagne et de la Région Bretagne.

 

L’oratorio n’est-il pas un frère spirituel de l’opéra ?

C’est en tout cas ce que nous dit l’histoire de ces deux genres qui ont vu le jour simultanément en Italie au tout début du XVIIe siècle. Les compositeurs d’opéra produisent leurs premières oeuvres dans les salons princiers puis dans des théâtres, ceux qui se consacrent à l’histoire sainte (ce sont souvent les mêmes) présenteront leurs tableaux sacrés, en scène parfois mais surtout en concert, dans les églises où, à l’âge baroque, on veut éduquer le peuple et nourrir sa foi en frappant son imagination. À la fin de ce même siècle, l’oratorio a conquis toute l’Europe et les compositeurs d’opéra comme Antonio Caldara s’y consacrent volontiers. C’est sans doute pour Venise que fut composée Madeleine aux pieds du Christ qui, avant les oratorios de Haendel et les Passions de Bach, peut être considérée comme un modèle de dramaturgie sacrée. En effet, cette oeuvre est délibérément narrative et poétique. Elle se consacre en outre à un personnage féminin de l’Histoire sainte, cette Madeleine dont l’amour profane et l’amour sacré se disputent l’âme. Mais le Christ, qui dans le Nouveau Testament lui promet la rédemption, est lui-même bien présent dans l’oratorio de Caldara. Son verbe se fait voix pour mieux nous toucher et nous faire partager la mystique de cette rédemption. Le triomphe de l’amour sacré se pare de toutes les inflexions musicales qui dans l’opéra traduisent celui de l’amour profane. L’écriture instrumentale est magnifique et les airs réservés à Madeleine sont empreints d’une sensibilité profonde. Damien Guillon et Le Banquet céleste nous proposent là une découverte majeure.

 

 

Powered by iCagenda